The Jon Spencer Blues Explosion

samedi SCÈNE a 22h25
S’il ne devait en rester qu’un…Résolument à l’écart des modes ou de quelconques poses revival, Jon Spencer triture blues, garage, r’n’b et punk en compagnie du Blues Explosion depuis 25 ans. Cet homme joue de la guitare mieux que vous, porte le slim mieux que vous et fait l’amour mieux que vous. Que les choses soient claires : Jon Spencer n’est pas un représentant du rock’n’roll. Jon Spencer EST le rock’n’roll. 

Yelle

vendredi SCÈNE b 23h45
On peut avoir percé sur Myspace et surnager avec classe et légèreté. Dix ans après la machine à clics « Je veux te voir », réponse hilarante aux digressions de TTC, Yelle brasse toujours sa pop synthétique et dansante. En compagnie du compositeur Grand Marnier et de Tacteel pour l’écriture, ses chansons perdent désormais de leurs reflets fluo pour gagner en densité. Fausse ingénue mais vraie performeuse.

Hudson Mohawke

vendredi SCÈNE a 00h40
S’affirmer comme l’une des nouvelles étoiles de Warp n’empêche pas de briller sous d’autres cieux. Le talent de cet Ecossais vibrionne autant dans ses productions pour le label de Kanye West que dans ses expérimentations saisissantes. Entre R’N’B cheesy, harmonies 8bit et fulgurances trap, HudMo brandit haut le flambeau d’un son mainstream et iconoclaste que nombre de beatmakers convoitent – souvent en vain.

Fidlar

vendredi SCÈNE a 19h15
On a beau chercher un groupe plus cool que Fidlar, on ne trouve pas. Les Black Lips peut-être ? Ca tombe bien, ils ont tourné ensemble… Loin de galvauder le qualificatif, les Californiens le subliment. Garage, punk, psyche ? Peu importe le flacon, quand on est capable de composer un hymne vantant les mérites de la bière premier prix ou de tourner un clip dont le héros urine partout et sur tout le monde, on mérite l’ivresse.

Ez3kiel

vendredi SCÈNE a 22h45
Enfant turbulent de la glorieuse écurie dub Jarring Effects (et désormais chez Ici d'Ailleurs), EZ3kiel a toujours gagné ses galons en s’affranchissant du genre de prédilection de sa famille... Les Tourangeaux lorgnent vers le trip-hop, la noise, l’électro ou le post-rock sans que cela ne nuise jamais à la cohérence du propos. Sur scène, les expérimentations visuelles luxuriantes apportent une autre dimension à cette entité protéiforme et poétique. 

Rustie Live

vendredi SCÈNE b 01h45
Et la lumière vint des Lowlands. Comme son compère Hudson Mohawke, Rustie est originaire de Glasgow. Comme lui il a contribué à redorer le blason Warp alors un peu poussiéreux en redéfinissant les bases de la dance music - au sens le plus noble du terme. Car Rustie s'épanouit dans le chaos. Le fracas des basses étoffe de furieuses prouesses hip-hop (le tube "Attak" avec Danny Brown), façon beat'em all géant.

Metz

samedi SCÈNE b 21h25
Sub Pop a toujours aimé les power trios… Derniers rejetons du glorieux label, ces Canadiens ont choisi de prendre pour patronyme la capitale de la Lorraine. Pas question ici d’honorer le Général de Gaulle mais plutôt le souvenir d’un concert mémorable avec leur précédent groupe dans ladite cité ! Dès lors, le Blitzkrieg est total : parpaings noise et agressivité bruitiste font de METZ de parfaits sidérurgistes punk. 

St. Paul & The Broken Bones

samedi SCÈNE a 20h30
Une enfance baignée de gospel, le soleil de l’Alabama, un apprentissage religieux… Ainsi grandit Paul Janeway, qui doit vite délaisser la vocation de prêcheur pour mieux faire profiter de son autre don : une voix damnée, chaude et extatique. Accompagné de ses os brisés, St. Paul dédie dès lors sa vie à d’autres préceptes : glorifier le rythme, favoriser l’élévation. Honorer Dieu Otis. Honorer la soul music.

Thylacine

samedi SCÈNE b 23h35
Marqué par l’approche minimaliste de Philip Glass, Thylacine met de plus en plus les pattes dans la grande bergerie électro française. Toujours en quête d’un équilibre entre synthétique (ces boucles hypnotiques qu’il aime distendre) et organique (il invite des chanteuses et joue du saxophone sur certains morceaux), l’Angevin s’inscrit dans la démarche suave de Nicolas Jaar ou Four Tet. Et le dancefloor se fait voluptueux.

Salut c'est cool

vendredi SCÈNE a 20h45
Filmer les pigeons. Donner des conseils pour réussir la purée la plus onctueuse possible. Composer des hymnes techno en français.  Porter des joggings défiant les lois les plus inaccessibles de l’élégance – et pourquoi pas oser les épaulettes ? Flâner dans les allées d’un magasin de bricolage…Voilà la feuille de route de Salut C’est Cool ces deux dernières années. C’est peu dire si on a hâte de les revoir sur l’hippodrome.

Rich Aucoin & Encore!

vendredi SCÈNE b 20h00
Il n’y avait que le Canada pour nous offrir Rich Aucoin. Composer de belles chansons joyeuses est souvent une gageure. Pas pour le natif d’Halifax dont la pop feel-good convoque la grandiloquence et le raffinement des Flaming Lips ou d’Arcade Fire. En live, Rich déploie d’autres trésors : avec l’aide du brillant combo disco house Encore !,  il descend jouer dans la fosse et inonde l’audience d’un bonheur premier degré.

The Bug feat MANGA

vendredi SCÈNE b 21h45
« La beauté réside dans la collision entre une face somptueuse et une autre déviante ». Aussi à l’aise en compagnie de Justin Broadrick ou Roots Manuva, The Bug mise sur les accidents. Epaulé pour l’occasion par le pétulant MC Manga, le Londonien fraye un chemin singulier entre grime, dancehall et downtempo. En fil rouge ? Un amour immodéré pour les basses écrasantes qui nous font danser malgré la fin du Monde.

H-Burns

samedi SCÈNE a 17h45
Elevé dans le respect quasi janséniste des dieux Guthrie, Dylan ou Cash (auquel il dédie carrément son premier LP), H-Burns a su délaisser l’épure folk des débuts pour s’approprier l’Americana avec une sincérité désarmante. Echappé de sa Drôme natale, il est depuis parti à la rencontre de Steve Albini et a erré dans l’immensité angelena pour enregistrer deux albums apaisés et lumineux sur le label Vietnam. 

Kid Francescoli

samedi SCÈNE b 19h45
Entre Marseille et New-York, cœur brisé ou en goguette, Kid Francescoli aime enrubanner ses synthés de basses indolentes. Le résultat ? Un manifeste de mélancolie pop, sûrement un des plus beaux enregistré depuis Virgin Suicides... Pour orchestrer cet éloge de la langueur, l’effectif du Kid compte aussi sur le batteur Mathieu Chrétien et sur la chanteuse Julia Minkin. Que des numéros dix dans sa team.

Cabaret Freaks

samedi SCÈNE b 01h35
Ces habitués du RDTSE ont pour coutume de transformer les scènes qu’ils investissent en foire à bestiaux amphétaminés. Ceux qui ont réussi à pénétrer l’arène débordante de furie il y a deux ans s’en souviennent forcément : les mashups bigger than life de cette caravane de l’étrange métamorphosent la piste de danse en zone de non droit. Cette année Magnetix et ses acolytes ont prévu une création sonore et visuelle unique.

The Inspector Cluzo

samedi SCÈNE a 00h35
Gaver les canards. Pousser les amplis. Voilà un résumé extrême du quotidien de ces deux mousquetaires gascons. Passionnés par leur terre mais ouverts sur le Monde, les Cluzo cultivent leur indépendance en maîtrisant tout de A à Z, qu’on parle de foie gras ou d’une tournée en Afrique du Sud. Sans oublier le plus important : un groove sec et puissant qui transforme le duo en un monstre live implacable.

Random Recipe

samedi SCÈNE a 19h05
« My mind is a shipwreck » chante Random Recipe. Pourtant les sons de ce quatuor de Montréal sont loin de rouiller : ils résonnent avec la même insouciance que le concert ait lieu dans une rame de métro ou sur la scène d’un grand festival. Leur amour sincère du groove les protège de toute mièvrerie mélodique : il revendique même une tendance à la délicatesse dans un registre sautillant, quelque part entre les Beastie et Cocorosie.

Joy Wellboy

samedi SCÈNE b 18h25
Trois ans après avoir embrasé une salle déjà moite en ouverture d’Alt-J à l’Abordage, le brillant duo bruxellois revient hanter Evreux. Le timbre de Joy est enjôleur et caressant, celui de Wim plutôt distant. Ensemble ils composent une dance-music désespérément dansante – ou furieusement romantique. La maison berlinoise Bpitch Control, experte en électro raffinée, se frise les moustaches de les avoir enrôlés.

You Said Strange

samedi SCÈNE b 17h05
Jamais Giverny n’avait semblé si proche de la Californie. Usant de riffs opiacés comme de rythmiques lancinantes, ce jeune combo eurois exploite sa mine psychédélique avec une assurance naturelle. Grâce à YSS, le soleil normand redevient une menace. Une preuve de leur bonne foi ? Ils sont tellement fans du Brian Jonestown Massacre qu’ils viennent de boucler une tournée avec les Dandy Warhols...

Aloha Orchestra

vendredi SCÈNE b 18h35
Pas besoin d’être amis d’enfance pour former un groupe soudé. Venant d’horizons musicaux différents mais réunis autour du même amour du Havre et des synthétiseurs bondissants, ces cinq multi-instrumentistes aiment cruiser sur l’autoroute des mélodies parfaites. Sur l’itinéraire : asphalte brûlant, sorties de route fracassantes et appels de phare à Metronomy ou James Murphy. Penser à s’hydrater.

Tallisker

samedi SCÈNE a 16h25
Seule pour composer. Seule pour incarner cette folk électrique et électronique à la fois rêche et lascive. A l’image du renard empaillé qui l’accompagne parfois sur scène, Tallisker mulote sur de nombreux sols : qu’ils soient arides ou verdoyants, les harmonies se font bienveillantes ou pernicieuses. Un sentiment d’inquiétante étrangeté se propage alors, dans le sillage d’autres voix spectrales comme Marissa Nadler ou Cat Power. 

Mandah

vendredi SCÈNE 17h55
Echappé du crew hip-hop ragga Lirisystem, Mandah profite désormais de son projet solo pour tester d’autres sonorités. Si le flow est toujours limpide, les instrumentations n’hésitent ainsi pas à flirter avec le jazz. Parfois l’ombre d’Oxmo plane et la cohérence du projet rappelle Beat Assaillant - avec qui il a déjà partagé l’affiche. Accompagné de musiciens, Mandah vient défendre son nouvel album à domicile.

#leRDTSE


voir plus